top of page

La petite histoire de la chanson à textes... "Y nous auront pas", par Zine


La petite histoire de la chanson à textes les chats
La petite histoire de la chanson à textes "Y nous auront pas"
C'est une chanson qui invite à la résistance, contre « Zombie land », le monde occidental ultralibéral et individualiste, où les individus ont tendance parfois à vivre de manière décérébrée, dans un confort matérialiste qui ne se posent aucune question.

METRO BOULOT DODO et série NETFLIX le soir... 


dessin de Zine qui représente la chanson


Les petits soldats » de la chanson sont bien le nombre de personnes participant à ce système, tout en le subissant.Elle exprime la détermination à surmonter les obstacles et à lutter pour la justice et l'égalité.

En effet, le système ultralibéral favorise l'accumulation de richesses entre les mains d'une petite élite, ce qui entraîne une augmentation des inégalités économiques et sociales.Les partisans de la résistance à l'ultralibéralisme soulignent que la dérégulation complète des marchés peut mener à des abus, à l'exploitation des travailleurs, à la destruction de l'environnement et à des pratiques économiques préjudiciables, ce qui peut entraîner une augmentation de la précarité de l'emploi, des bas salaires et une diminution de la protection sociale. La privatisation généralisée et la recherche du profit peuvent nuire aux services publics essentiels tels que la santé, l'éducation, les transports et l'accès à l'eau potable, créant ainsi des inégalités d'accès. L'ultralibéralisme peut favoriser la concentration excessive du pouvoir économique entre les mains de grandes entreprises transnationales, ce qui limite la concurrence et peut exercer une influence indue sur les gouvernements et les processus démocratiques. La recherche du profit à court terme et la dérégulation des marchés financiers peuvent conduire à des crises économiques et financières.

Cette chanson nous invite à revenir à des valeurs simples, à une certaine humilité et ascèce matérielle, pour revenir à l'essentiel et reprendre le pouvoir sur la vie.

« Et quoique vous fassiez vous n'irez pas bien loin

Lui il ira bayer aux corneilles. »

« Bayer aux corneilles »


Selon le dictionnaire de l’Académie française de 1832 (6e édition), « bayer aux corneilles » signifie « s’amuser à regarder en l’air niaisement ». Si l’on en croit le Larousse, « bayer aux corneilles » veut aussi dire « rêvasser en regardant en l’air » et « rester à ne rien faire ». Cette expression se dit d’une personne qui souvent n’écoute pas ce qu’on lui dit, qui ne prête pas attention à ce qui se passe autour d’elle ou qui occupe son esprit à des sujets sans intérêt. (pour la majorité).

Cette expression engendre souvent une grande confusion quant à l'orthographe du verbe « bayer » qu’on aurait tendance à écrire « bailler », mais qui tire son origine du verbe latin batare et de l’ancien français bader ou baer, signifiant tous les deux « ouvrir grand la bouche, désirer avidement ou regarder avec étonnement ». Oui, la nuance est subtile.

Zine raconte ici le sort des fous, des sages, des poètes, des artistes, de ceux qui vivent par delà les nuages, avec les albatros, pris dans les remous de l’Histoire. La vie, elle, se passe sur terre où les soldats attendent …

Musique inspirée des polyphonies africaines, influencée par un côté Grunge et Punk. Écrite à l’été 2001 (avant le 11 septembre) lors de travaux saisonniers à la montagne. Après quelques journées de travail dans les potagers, le contact de la terre, l’air pur, la simplicité des échanges avec les gens d’en haut, la sensation de prendre de la hauteur, physiquement et mentalement, Zine écrit : «Y nous auront pas».

«Il s’est écrasé quand il a découvert la violence sauvage de cette terre, Il s’est bien rétamé lorsque ses yeux ouverts ont pu voir défiler la misère. Mais il ne pliera pas sous le feu de tous ces soldats» «Y nous auront pas»


 

C'était la petite histoire de la chanson à textes "Y nous auront pas"...




Retrouvez les paroles et les liens pour écouter en cliquant sur l'image :

 





Comentarios


bottom of page