top of page

Chanson de parole : L'auratge


paroles de chansons

d'après "L'orage" – Georges Brassens

A/C : Georges Brassens - adaptation occitane : Philippe Carcassès, mise au féminin en en niçois par Zine.


accords :






Paroles occitanes

Traduction française

Parlatz-mi de la plueia e non pas dau bèu temps que mi fa romegar e cracinar li dents
Dau bèl azur n’ai un racatge
Perque l’amor mai grand que visquèri çai bas lo devi a Jupitèr, au poder de son braç
Mi davalèt d’un cèu d’auratge
Un vèspre de novembre, au sobran dau teulat s’audia un tronàs qu’avia reviscolat
Tot lo país per sa poténcia
Bondissent de son liech en braias de satin, lo mieu vesin tustèt, lo dii¹ sens mentir
Per reclamar mon assisténcia
«Siáu solet e ai paur, durbissètz se vos platz
La mieu frema es partida valenta e tranquilleta
Nos cau ben traire a la carreta
Tre que brilha un ulhauç, deu quitar son ostau
Per ganhar nòstre pan, va vendre, es ensinda
Lu paratròns quand lo cèu peta.»
Benedissent lo nom de Benjamin Franklin l’enrodèri sens pena de mon braç calin
E l’amor faguèt la seguida
Vendes de paratròns fiera coma galina, perqué as pas pensat d’esquipar ton fogau?
Es l’oblit plus grand de ta vida. Pelandrona!
Quand la luna posquèt mostrar son primier rai lo bèu avia enfin conjurat son esfrai
E retrobat tot son coratge
Rejonhèt sa frema veire s’avia secat mi donant rendètz-vos lu jorns de temps macat
Cada còp que faria auratge
Despí aqueu jorn ai lo morre levat ai badat cap au cèu, esperant lo rebat
D’una pichòta nivolada
Agachant l’estratus, espinchant lo nimbus en faguent de clinhets au plus pichòt nimbus
Ailàs es pas jamai tornat... Lu baudos, sabètz!
Dins aquesta serada la sieu frema vendèt tant de tròç de fèrre qu’aquò la rendèt
D’un còp richassa* e milionària
E l’avia carrejada sota un cèu sempre blu d’un país colhonàs dont l’aiga ven jamai
Dont li si saup ren dei auratges
Basta que ma cançon, en volant dins l’etèr, anèsse li parlar dau braç de Jupitèr
Que per la vida nos assembla
Li contar qu’un tronàs assassin e brusissent dins lo mil de mon còr a laissat lo dessenh
D’una floreta que lo sembla
Parlez-moi de la pluie et non pas du beau temps qui me fait grommeler et grincer les dents
Le bel azur me dégoûte...
Car le plus grand amour qui je vécus ici bas je l’ dois a Jupiter, au pouvoir de son bras
Il me tomba d’un ciel d’orage
Par un soir de novembre, au-dessus de mon toit s’entendait un gros tonnerre qui avait ravivé
Tout le pays par sa puissance
Bondissant de son lit en caleçon de satin mon voisin frappa je le dis sans mentir
Pour réclamer mon assistance
« Je suis seul et j’ai peur, ouvrez-moi, s’il-vous-plaît
Ma femme est partie, vaillante et tranquille
Il nous faut bien tirer la charrette (aller travailler)
Dès que brille un éclair elle doit quitter sa maison
Pour gagner notre pain, elle va vendre c’est ainsi
Les paratonnerres quand le ciel pète. »
En bénissant le nom de Benjamin Franklin je l’ai enroulé sans peine de mon bras câlin
Et puis l’amour fit la suite
Toi qui vends des paratonnerres fière comme une poule, pourquoi n’as-tu pas pensé à équiper ta maison?
C’est l’oubli le plus grand de ta vie. Coquine!
Quand la lune pu montrer son premier rayon, le beau avait enfin conjuré sa frayeur
Et retrouvé tout son courage
Il rejoignit sa femme voir si elle avait séché me donnant rendez-vous les jours d’intempérie
Chaque fois qu’il fera orage
Et depuis ce jour j’ai la frimousse levée j’ai contemplé le ciel espérant le reflet
D’un petit bout de nuage
A guetter le stratus, à lorgner le nimbus à faire les clin d’oeil au plus petit nimbus
Hélas il n’est jamais revenu...Les hommes, vous savez !
Dans cette soirée sa femme vendit tant de morceaux de fer que cela la rendit
D’un coup très riche et millionnaire
Et l’avait emmené sous un ciel toujours bleu d’un pays imbécile où l’eau ne vient jamais
Où on ne sait rien des orages
Il suffit que ma chanson, en volant dans l’éther, aille lui parler du bras de Jupiter
Qui pour la vie nous assemble
Lui conter qu’un certain coup de foudre assassin et bruyant dans le mill’ de mon coeur a laissé le dessin
D’un’ petit’ fleur qui lui ressemble

*"richassa", vivaro-alpin se dit "ricassa" en niçois, choisi pour amplifier


Voici une version studio de cette chanson :



Vous retrouvez cette chanson sur les albums ci-dessous :




C'était la chanson de paroles "L'auratge"...



Chanson de parole de Zine

Cliquez sur l'icône afin de connaître la petite histoire....(bientôt)

Kommentare


bottom of page