top of page

La petite histoire de la chanson à textes... "Non plus ren m'estona", par Zine


La petite histoire de la chanson à textes Non plu ren m'estona
La petite histoire de la chanson à textes "Non plu ren m'estona"
"Plus rien ne m'étonne" est une chanson du célèbre artiste ivoirien Tiken Jah Fakoly.
Elle est sortie en 2007 dans son album "L'Africain". Cette chanson aborde des thèmes sociaux et politiques, critiquant la corruption, l'injustice et les inégalités en Afrique. Tiken Jah Fakoly est connu pour ses paroles engagées et son style reggae qui mêle messages militants et sonorités africaines. "Plus rien ne m'étonne" est devenue l'une de ses chansons emblématiques, faisant écho aux préoccupations et aux luttes de nombreux citoyens africains.


Zine a eu l'idée en entendant cette chanson d'en faire une parodie sur le Comté de Nice qui perd parfois un peu son identité.
La chanson débute avec la voix de Zine, qui déclare "Ils ont abîmé le Comté, plus rien ne m'étonne, ce n'est pas nouveau..." puis la vièle à roue, déjà présente sur la chanson du "Marché de la Libération", entre en scène.

Cet instrument apporte une ambiance authentique et folklorique à la musique. Les paroles sont chantées en occitan niçois, une langue régionale de la France, qui ajoute une touche de mystère et de richesse culturelle à la chanson. Le rythme de la chanson est à la fois désinvolte et engagé, assez lent et tout de même entraînant, avec une ligne de basse épurée qui crée une cadence envoûtante. Le texte amène un peu de tristesse et de nostalgie, avec plusieurs notes d'humour..."Si tu me laisses la Socca, je te donne le Pan-Bagnat" qui sont deux spécialités niçoises...pour montrer le ridicule des garrouilles de clocher, pour conserver le pouvoir sur un territoire qui reste indomptable.




L'approche artistique de Zine est souvent ludique et provocatrice, elle utilise l'humour pour remettre en question les normes sociales et les institutions. Ici, elle critique le Jacobinisme à la française qui méprise ses identités régionales, malgré un Prix Nobel pour Frédéric Mistral, et qui considère toujours les Niçois du cru comme "analphabètes"...

L'avenir de la France ne se fera pas sans ses identités régionales et cela passe forcément par la langue. En tant qu'artiste niçoise moderne, Zine a contribué à enrichir le paysage artistique local en apportant une vision novatrice et engagée. Cette chanson est empreinte d'un fort sentiment d'identité et de fierté régionale, elle offre une expérience musicale authentique et mémorable. L'âme niçoise résiste et résistera, malgré les tentatives de divisions et d'éradication de la langue.

 

C'était la petite histoire de la chanson à textes "Non plu ren m'estona"...




Retrouvez les paroles et les liens pour écouter en cliquant sur l'image :

 





Comentários


bottom of page