top of page

La petite histoire de la chanson à textes... "Vi siau venguda veire", par Zine


La petite histoire de la chanson à textes Vi siau venguda veire
La petite histoire de la chanson à textes "Vi siau venguda veire"
libre adaptation en occitan de la chanson "Je suis venu" de Mano Solo (fils de Emmanuel Cabut, caricaturiste de Charlie Hebdo)
d'après une idée de Christophe Penzini, le frère de Zine.

La chanson est sortie en 1997 sur l'album "Je sais pas trop"


Je suis venu vous voir avant de partir
Y'avait personne, ça vaut mieux comme ça
Je savais pas trop quoi vous dire,
Croyez pas que j'vous abandonne même si encore une fois,
Je vous laisse le pire
Les larmes qu'on verse sur la mort d'un homme
Adieu mes amis
J'me serai bien battu encore
Adieu mes amours
Priez pour moi
Toi que j'aime, que j'ai connu
Compagnon d'un jour ou d'une année
Déjà tu sais que dans mon coeur même, moisi flottent encore violence et tendresse
Mon existence ne tient pas qu'à ma graisse
Je suis esprit avant d'être un corps
Je suis mort, mais rien n'est fini
Il reste ma voix, et bien peu d'écrits
J'avais surtout une grande gueule pour chanter des chansons d'amour, pour Paris!
Sur la p'tite scène du Tourtour...
Mes amis ne pleurez pas
Le combat continue sans moi
Tant que quelqu'un écoutera ma voix je serai vivant dans votre monde à la con!
Avec du sang plein les orbites
Et même du plastique sur la bite
Je vais sûrement être recalé à l'examen du grand sage
Mais j'en profiterai quant même pour lui dire ce que j'en pense
De l'existence, cette engeance
Et s'il ne voit pas que je suis un ange, alors qu'il change de boulot!
Et s'il veut moi j'prend sa place...
Y'aura des filles, et de la Ganja
Des passions sans limites
Nous batterons des ailes, et nous volerons bourrés
Nous mangerons des pommes envenimées
Et nous cracherons le mal comme un pépin
Nous serons sincère comme jamais, et nous serons beaux pour ça!
Je suis venu vous voir avant de partir
Y'avait personne, ça vaut mieux comme ça
Je savais pas trop quoi vous dire
Croyez pas que j'vous abandonne, même si encore une fois,
Je vous laisse le pire
Les larmes qu'on verse sur la mort d'un homme
Adieu mes amis, priez pour moi.

...cette marche funèbre qui parle de la place de l'homme qui va bientôt mourir, avec des paroles assez crues.




Elle est parodiée dans notre belle langue niçoise par Zine, avec élégance, pour incarner la langue niçoise elle-même, qui vient nous dire qu'elle ne veut pas mourir !
Elle rend hommage en chanson aux auteurs et artistes occitans/niçois :


jaquette single "Vi siau venguda veire"
jaquette single "Vi siau venguda veire"


Je suis venue vous voir

Car je suis en train de partir

Il n'y avait plus personne

Peut-être que cela convient mieux ainsi

Comment continuer, je ne savais pas

Ne pensez pas qu'il s'agit d'une trahison

Même si une fois de plus le vous laisse le pire


Les larmes que vous aller faire couler

Sur ma disparition

Alors que je me serais bien

Encore battue...priez pour moi

Vous que j'aime et que j'ai tant aimé

Compagnons d'un jour ou d'une année

Déjà vous savez que dans mon coeur blessé

Survivent la tendresse et la douceur

Qui me font si belle et si vivante

Depuis le «trobar» et le «gai saber»

Jusqu'à notre époque je suis toujours là

Avec Lafont Gag Sauvaigo (poètes occitans)


Aussi Eusèbi Mauris e Pelhon (artistes niçois)

Avec tellement d'autre dans cette génération

(René la Science!) (comédien et auteur niçois)

Que d'allant c'est certain il m'ont donné

Ne m'oubliez pas, continuez à me chanter...


Je suis venue vous voir

Car je suis en train de partir

Ne me laissez pas mourir je veux demeurer

Parce que «Je chante pour vous amis»

Et je suis venue vous voir pour vous le dire

«Je chante pour vous amis!»

Continuez à me chanter...

* titre de chanson de Mauris Sgaravizzi


 

C'était la petite histoire de la chanson à textes "Vi siau venguda veire"...




Retrouvez les paroles et les liens pour écouter en cliquant sur l'image :

 





Comments


bottom of page